Découvrez Marrakech

JARDIN MAJORELLE

Le jardin est ouvert au public depuis 1947. Depuis 1980, le jardin appartient à Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé.

En 1919 le peintre français Jacques Majorelle (1886-1962) s’installe dans la médina de Marrakech dont il tombe amoureux. Oasis d’inspiration, le jardin Majorelle fut pourtant laissé à l’abandon pendant des décennies. Il fut sauvé dans les années 60 par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé. Célèbre pour son bleu si particulier, le bleu Majorelle, la villa est entourée d’un jardin où vivent de nombreuses variétés d’arbres et de plantes. Les palmiers, bougainvilliers et cactus se mêlent aux bananiers et aux lauriers.

À ce jour, le jardin, entretenu par une vingtaine de jardiniers, est un des sites touristiques les plus visité de Marrakech et du Maroc avec plus de 600 000 visiteurs annuels.

La Fondation Bergé qui exploite aujourd’hui ce jardin est un important mécène de la scène artistique et culturel de la scène contemporaine marocaine et DAR AL MA’MÛN est fier de compter la Fondation Bergé au nombre de ses supporters!

MEDERSA BEN YOUSSEF

Fondée au XIVe siècle par Abu al-Hasan, sultan mérinide, cette médersa, joyau de l’architecture amazigho-arabo-andalouse, fut l’une des plus grandes écoles théologiques d’Afrique du Nord. La médersa fut, pendant plus de quatre siècles, un foyer d’accueil pour les étudiants en soif de connaissances dans diverses sciences. Elle disposait de 132 chambres destinées aux étudiants non originaires de Marrakech et pouvait accueillir jusqu’à 900 étudiants au total. Les dirigeants saadiens, qui reconstruirent la Médersa dans les années 1560, ont laissé leur empreinte sur son architecture et ses ouvrages artistiques. Fermé en 1960, le bâtiment fut rénové puis rouvert au public en 1982 en tant que site historique.

PALAIS DE LA BAHIA

Edifié au XIXe siècle, le palais de la Bahia appartenait au grand maître du royaume, Si Ahmed ben Musa, grand vizir des sultans Moulay el Hassan 1er et Moulay Abd el Aziz.

Le palais de la Bahia, littéralement le “palais de la belle”, était un cadeau du grand vizir pour sa favorite parmi ses 80 concubines officielles. La beauté typiquement orientale du monument en fait l’un des plus beaux palais de Marrakech. Les différentes parties du palais, comprenant petits jardins intérieurs et fontaines, s’étalent sur près de 10 hectares. En effet, l’édifice compte plus de 150 pièces!

MOSQUÉE DE LA KOUTOUBIA

Cet édifice religieux date du XIIe siècle et demeure l’un des joyaux de l’architecture et de l’art des Almohades. Son nom vient de « Kutubiyyun », référence au souk des marchands de manuscrits qui se trouvait à proximité de la Mosquée. Sa construction a commencé en 1120, avant un remaniement complet en 1162.

La dynastie Almohade qui a construit la Mosquée de la Koutoubia respectait le rite malikite. Cette précision explique le décor austère de l’intérieur de l’édifice: dépourvu d’ornements, le bâtiment affiche une allure particulièrement sobre. Mais l’apparente sobriété des matériaux ne suffit pas à masquer la grandeur architecturale de l’ensemble. Ses nefs supportées par des piliers blancs abritent une immense salle de prière de 90 m x 60 m. Considérée comme étant la plus grande en Occident, elle a une capacité d’accueil de 20 000 personnes.

PALAIS EL BADI

Aussi appelé le “palais de l’incomparable”, le palais El Badi remémore la victoire des troupes saadiennes sur l’armée portugaise, à la fin du 16ème siècle. Sa construction fut ordonnée par le monarque Ahmed al-Mansur Saadi dont la richesse était tellement importante qu’il érigea une résidence gigantesque et d’une valeur inestimable (décorations en marbre, onyx, mosaïques et revêtements en feuilles d’or). Le temps de sa construction en dit également long sur sa magnificence: 25 ans de travaux! Une fois le palais achevé, il était possible d’y dénombrer plus de 360 pièces!

Le monument avait pour principale vocation d’héberger des cérémonies et fêtes royales. De nos jours, il n’en reste que des ruines, entourées de jardins, orangers et bassins. La bâtisse ne fut pas détruite lors d’un conflit comme de nombreuses personnes peuvent le penser mais par un homme, le roi Moulay Ismail, qui, jaloux de cette oeuvre architecturale, la fit détruire en 1696. Le site prend vie au cours du festival annuel de folklore marocain et tout au long de l’année grâce aux cigognes qui y ont déposé leur nid.

PLACE JEMAA EL-FNA

Véritable coeur de Marrakech, la place la plus célèbre du Maghreb est aussi le centre social de la médina. Endroit le plus animé de la ville, c’est un lieu de rencontres et d’échanges depuis des siècles. La ville entière semble y passer à un moment ou à un autre de la journée. Située à l’entrée du souk, « la place des trépassés », traduction littérale de “Jemma el Fna”, était autrefois une place d’exécution publique.

Les temps ont changé puisque la place est aujourd’hui un lieu de réjouissances où l’on peut admirer cracheurs de feu, dresseurs de singes et autres charmeurs de serpents. De nombreux stands de nourriture proposent des spécialités marocaines: nous recommandons particulièrement le numéro 98!